Vivons-nous dans une simulation informatique ? Veuillez patienter

Silas R. Beane, Zohreh Davoudi et Martin J. Savage ont trouvé la notion de l’univers comme une simulation informatique fascinante. Ils ont commencé à réfléchir à la façon dont il serait possible de déterminer si notre propre univers est une simulation numérique. Tout commence par la théorie des jauges réticulaires et la chromodynamique quantique (CDQ).

Nous connaissons quatre forces fondamentales dans notre univers: la force nucléaire forte, l’électromagnétisme, la force nucléaire faible et la gravité. La théorie des jauges en treillis et la CDQ se concentrent sur la force nucléaire forte, qui est la force qui maintient ensemble les particules subatomiques. C’est la plus forte des quatre forces fondamentales mais elle a aussi la portée la plus courte.

La chromodynamique quantique est une théorie qui explique la nature fondamentale de la force forte dans quatre dimensions de l’espace-temps. En utilisant le calcul haute performance (HPC), les chercheurs peuvent simuler un univers incroyablement petit dans le but d’étudier la CDQ. C’est sur l’échelle femto, qui est encore plus petite que l’échelle nanométrique. Un nanomètre est un milliardième de mètre – un femtomètre est un quadrillion, ou 10-15 mètres.

 

 

Dans le cadre de cette simulation, les chercheurs utilisent une structure en treillis pour représenter le continuum espace-temps. Si nous devions rétrécir d’une manière ou d’une autre suffisamment petite pour être à l’intérieur de cet univers, nous pourrions peut-être détecter que c’est une construction en observant comment certaines énergies interagissent avec le treillis.

Dans notre univers, cette énergie pourrait être des rayons cosmiques. Si les scientifiques pouvaient observer les rayons cosmiques se comporter comme s’il y avait un treillis autour de notre propre univers, cela suggérerait que nous sommes réellement dans une simulation informatique qui utilise les mêmes techniques que la théorie de jauge de réseau.

Nous devrons développer une technologie suffisamment sophistiquée et puissante pour détecter ces rayons cosmiques et mesurer leurs comportements pour remarquer une structure en treillis. Cette approche suppose également quelques autres contraintes:

  • Les entités qui ont conçu la simulation ont suivi une pratique similaire à ce que les chercheurs font avec les expériences de CDQ.
  • Les entités avaient des ressources limitées pour travailler, ce qui signifie que notre univers serait également fini.
  • Les concepteurs de l’univers ne nous empêchent pas activement de découvrir que nous sommes dans une simulation.

Si votre esprit ne tourne pas déjà, passons à réfléchir à ce que signifie vivre dans une simulation informatique.

 

Lire la suite :

 

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *